John

13040842_1033767586670279_5014632765733243973_oJohn est un rebelle. Enfin… presque !

Durant son parcours scolaire, jusqu’à sa maturité gymnasiale, John a toujours été un peu marginal. Pas très régulier au niveau des cours, sans pour autant être mauvais, préférant sortir avec des amis plutôt que de travailler studieusement. Sa maturité en main, il décide de faire un break. Rester assis le cul sur une chaise ça va un moment, il faut vivre maintenant!

Deux ans de pauses vont lui permettre de “vivre à fond“ ! Travail dans un bar, virées en moto, concerts et plein de rencontres avec des gens de tous horizons, dont notamment un ministre qu’il voyait de temps en temps en fin de journée. Celui-ci venait boire un verre avec ses amis dans le pub dans lequel John travaillait. Ça a eu le mérite d’attiser la curiosité de John qui n’avait pas eu de contact avec la religion depuis très longtemps et qui la revisite par le biais de ce personnage qui donne une voix qu’il ne connaissait pas à la foi dans laquelle il avait grandit. Ce contact se révélera comme décisif à la suite de la « taulée » en moto qui le mènera à réviser ses priorités. Ayant discuté de cette expérience avec le ministre et après quelques stages, John entame ses études.

Les études, ça passe ! Et finalement pourquoi pas ? On casse des images toutes faites, on te prend un bout plus au sérieux qu’au gymnase, on va fouiller dans des trucs pas évidents qui touchent aux grandes questions de l’homme… Et de toute façon la théologie c’est quand même un peu truc de marginal, faut pas se voiler la face! Master in the pocket, sans trop de difficultés.

Maintenant le stage pastoral. Enfin… non… pas tout de suite ! Il y a encore quelques “formalités“ à faire avant. Notamment le test psychologique, le P.E.P. Cette petite confrontation à ses propres capacités ne va pas aider l’ami John. C’est peut-être à mettre sur le compte des experts et de la pression que met la journée de test, mais tout de même, le pauvre en ressort un peu ébranlé. Enfin, c’était qu’un test, c’est pas la réalité, et la réalité, ça il connait !

Quoique… Voilà le CPT, l’occasion de travailler concrètement avec des personnes qui en ont besoin, mais ça ne se déroule pas comme prévu. Le contact avec les gens ne passe pas, c’est laborieux et, finalement, la rencontre avec l’enfant le remue là où ça ne va pas. Les choses ne sont peut-être pas aussi claires qu’elles ne le semblaient…

 

Qui est l’acteur qui le joue ?

Salutations !

Elio Jaillet, 22 ans et étudiant en théologie (Bachelor 3ème année). Fils de deux parents pasteurs, lorsqu’il a fallu me décider pour une voie professionnelle en 6ème année (ancien système… nostalgie !) j’ai opté pour le pastorat, réalité qui s’avérera finalement encore assez lointaine. Mais on se rapproche ! En arrivant en théologie en 2012, après une maturité en option philosophie, les objectifs ont un peu changé et c’est surtout par intérêt pour la discipline théologique en tant que tel que j’entreprends ce cursus d’études, avec la perspective pastorale en arrière fond. Mais il n’est pas impossible que je prolonge mon séjour dans le domaine académique avant de me lancer dans le stage.

Cette série me semble proposer différentes choses : une entrée originale à la formation théologique, à la formation et au métier pastoral dans l’EERV et un portrait dépoussiéré du pasteur. Mais ce qui me motive le plus dans ce projet c’est l’occasion de donner un visage à l’Église Réformée, à une proposition du christianisme qui me tient particulièrement à coeur. C’est pour ces différentes raisons que je m’engage, mais également parce que j’y prends du plaisir et qu’on a une chouette équipe de travail !

J’ai été contacté, au départ, pour jouer le rôle de John, un “biker“ qui veut se lancer dans le pastorat, dans une série de trois vidéos qui devaient être diffusées lors de la JEERV 2013. Et voilà que le projet prend finalement plus d’ampleur !
J’avais déjà participé à plusieurs projets théâtraux par le passé et j’avais également quelques expériences de tournages à mon actif, mais il semblait surtout que le personnage de John – tel qu’il était pensé par les organisateurs du projet au départ – ait quelques concomitances avec ma propre personne… Mais la première différence, de taille, c’est que je n’ai pas de permis de moto. Je me sens quand même plus en sécurité sur quatre roues. Mais à côté de ça, j’ai un groupe de métal alternatif… peut-être que c’était là qu’on pensait avoir un lien ? Ou alors c’est mon caractère impulsif ? Je ne sais pas. Il va falloir demander des explications plus précises au réalisateur.

La scène de la Saison 1 qui me plait le plus pour l’instant, c’est l’examen de Théologie Pratique de Gaston (Dernier épisode de la Saison). L’innocence, la bonne-volonté et la maladresse du personnage sont complètement exprimés dans cette situation un peu surréaliste.

Le travail que nous fournissons avec ces épisodes est humble et ne prétend à aucun professionnalisme (pour ma part en tout cas), mais j’espère sincèrement qu’il permettra d’initier, de présenter à un public plus large, par l’humour et une réflexion de fond sérieuse, un visage à l’Église qui est entrain de se profiler.

 

Publié le 18.09.2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s